Les loyautés – Delphine de Vigan

Editions J.-C. Lattès – 03/01/2018-208 pages

Avec Les loyautés paru en Janvier 2018, Delphine de Vigan renoue avec un thème qui lui est familier, qu’on a pu rencontrer dans son livre Rien ne s’oppose à la nuit: la maltraitance psychologique

Hélène est professeure de SVT. Dès la rentrée, elle s’interroge sur un de ses élèves, Théo, 12 ans. Elle croit reconnaître chez lui des signes de maltraitance physique. Elle se souvient de ce qu’elle a vécu, de sa peur mais aussi de sa volonté de protéger ses parents, ce que Théo fait à sa manière.

La vérité apparaît peu à peu: Théo n’est pas physiquement maltraité mais c’est un gamin dont les parents sont divorcés et il est balloté entre les deux. La mère vit dans la haine du père. Un père qui a sombré: pauvreté et chômage font partie de son quotidien. Alors Théo ne raconte rien du temps passé avec l’un et l’autre. Et son absence de mots est synonyme de souffrance…

Il peut compter sur son ami Mathis qu’il entraîne dans sa dérive. Mathis ira jusqu’à désobéir à sa mère, Cécile. Jusqu’où en effet peuvent aller deux adolescents qui se cachent au collège pour boire?

Comme le titre l’indique, il est question de loyauté. La loyauté des adultes d’abord: Hélène doit-elle, au nom de ce qu’elle a vécu enfant, tenter de cerner les causes du mal-être de Théo? Cécile doit-elle supporter William, son mari, alors même qu’elle a découvert son comportement nauséabond: il lui a appris les mots de son milieu bourgeois, il s’en sert maintenant pour tenir sur Internet des propos racistes, homophobes et antisémites.

La loyauté des enfants ensuite: Théo doit-il parler, dire à sa mère ce qu’il vit chez son père? et à son père le dénigrement de sa mère? Et Mathis: va t-il s’autoriser, face au danger, à trahir son ami et à dire ce qu’il sait?

Delphine de Vigan livre ici un roman intimiste qui est au coeur d’une interrogation: faut-il toujours faire preuve de loyauté? Et si justement, les loyautés étaient autant d’épreuves amenant à la lumière?

Avis

J’ai beaucoup aimé ce roman, non pas tant par la forme (on retrouve la signature « De Vigan » sans trop de surprise) mais dans le fond. Les loyautés, ce sont toutes ces heures souterraines dans lesquelles chaque personne peuvent se retrouver plongées. Les loyautés, ce sont le poids de tous ces mots qui ne franchissent pas les gorges parce qu’ils ne sont compréhensibles que par soi-même. Les loyautés, ce sont aussi ces liens que chaque personnage tisse avec les autres, comme si en se mêlant à leur vie, il se sauvait aussi…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s