Les quatre gars – Claire Renaud

Editions Sarbacane-03/01/2018-232 pages

Une fois n’est pas coutume, je vous présente un roman pour adolescents. La raison en est simple: il fait partie de la sélection du Prix Les incorruptibles (la lecture est donc d’ordre professionnel) et il est destiné aux élèves de 5ème-4ème (il est conseillé à partir de 13 ans).

Voici ce que dévoile la quatrième de couverture:

« Dans la famille, on est quatre gars – et des gars pas très cordiaux. Il y a mon papi, mon père, mon grand frère Yves et moi, 9 ans, Louis. On vit à Noirmoutier – on récolte du sel et on le vend sur le marché. La mer nous sale, nous nourrit, nous apaise et nous éblouit.
Chez nous, ça ne parle pas, ça rit peu. Il faut dire que les femmes sont parties une à une. Depuis, Papa vit comme un bernard-l’ermite dans sa coquille. Papi parle au fantôme de mamie quand il veut un avis sur la cuisson des crêpes. Yves, lui, est accro à la muscu.
Et moi? Ben, moi, j’aimerais bien croire que cette vie, on peut faire mieux que presque la vivre. »

Ca, c’est pour planter le décor. Le minimum du minimum: si les adolescents lisent cela, qu’ils ne considèrent pas qu’ils connaissent l’histoire…

Car chacun des gars est décrit dans cette famille Dégâts. Et les copains de Louis, également. On apprend ainsi comment Yves, du haut de ses 17 ans, à sa façon de jouer les gros bras, se met à déclamer du théâtre, Cyrano de Bergerac d’abord puis Corneille, Molière, Racine etc, le tout pour épater une fille. On apprend comment Papi, Papi si jovial, est en fait lui aussi un personnage ancré dans la douleur, marqué par la mort de sa femme. On apprend surtout comment Papa, tout taiseux qu’il est, se révèle être un personnage pas si antipathique qu’il y paraît. Tout cela, c’est le point de vue de Louis car c’est lui le narrateur au fil de l’histoire.

Si je me prêtais au jeu des adolescents qui devront certainement décrire leur personnage préféré, je dirais que je préfère Jean-Marie, le père. Parce qu’il a beau se taire et sembler faire la pluie et le beau temps dans cette famille (surtout la pluie), on sent bien que son fils est content de découvrir un papa qui montre ses sentiments. Il est drôle aussi sous ses aspects bourrus. Vous verrez, la scène du restaurant où il trouve tout trop cher parce que les produits, il les connaît, il en fournit même au restaurateur, alors voilà, c’est un homme pratique, il s’emporte et peu importe les conventions sociales. J’aime le personnage du père parce que c’est aussi à travers lui que son fils apprend la vie: une vie pas toujours simple. Mais la leçon qu’il lui donne, c’est que les sentiments sont le sel de la vie, aussi bons que le sel de Noirmoutier que la famille vend au marché.

Si l’on devait parler de l’ambiance du roman (au sens large: les paysages, les décors etc…), je dirais que ce qui est frappant, c’est la multitude des métiers décrits et les personnages qui en parlent: il y a d’abord Jules, futur docteur comme son père qui emploie du vocabulaire bien scientifique pour son âge. Il y a ensuite Denis, fils de gendarme, qui a un certain sens de la droiture (est-ce pour cela qu’il fait tout de travers, pas tout à fait tout mais rien n’est une réussite totale? c’est drôle, je vous dis). Il y a aussi les restaurateurs, les vendeuses d’œillets au marché, les pécheurs, la prégnance du monde maritime sans nul doute. Et aussi la maîtresse d’école qui selon ses humeurs fait un peu dysfonctionner la classe: en témoignent les gamins qui se retrouvent une matinée complète devant la télé parce qu’une lettre d’amour tourneboule la maîtresse. Mais attention, c’est une maîtresse qu’on aime, qu’on veut aider, on n’est ni dans Ducobu, ni dans le Petit Nicolas. La maîtresse, Suzanne, elle deviendra l’amoureuse du Papa et tous vont l’y aider. En se découvrant un peu plus au passage.

Avis de lecture: un livre découpé en chapitres, d’un peu plus de 200 pages, qui se lit facilement et qui est rempli d’humour. Je n’ai pas lu toute la sélection pour le Prix des Incorruptibles mais celui-là véhicule de belles valeurs auxquelles les adolescent(e)s pourraient être sensibles…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s