L’insouciance – Karine Tuil

Editions Gallimard – 18/08/2016-528 pages

Romain Roller, lieutenant de l’armée française, revient d’Afghanistan, traumatisé par la mort de ses hommes, impuissant. Il a une liaison avec une journaliste, Marion Decker. Celle-ci n’est autre que la troisième épouse de François Vély, un homme d’affaires qui sera bientôt l’objet d’un scandale. Il est photographié pour un magazine assis sur une oeuvre d’art représentant une femme noire. On l’accuse alors d’être raciste. Un homme viendra à son secours: Ousman Diboula, conseiller à l’Elysée, qui voit là un moyen de relancer sa carrière…

Mon avis sur ce roman

Karine Tuil nous livre le portrait de quatre personnages à la recherche de leur destin, tous pouvant s’interroger sur la question des origines et du déterminisme social. Si Marion est aujourd’hui journaliste, elle a passé son enfance de famille d’accueil en famille d’accueil. Romain, lui, s’est engagé dans l’armée parce qu’il ne savait pas trop quoi faire, adolescent sur la mauvaise pente, son père étant mort au combat (connaitra t-il le même destin?), sa mère et son beau-père viennent de se séparer. Ousman l’a connu adolescent d’ailleurs parce qu’il était animateur social et aidait les jeunes. Fils d’immigrés ivoiriens, sa carrière politique est fulgurante depuis les émeutes de 2005. François Vély, quant à lui, s’appelle en réalité Lévy, son grand-père était juif mais son père l’a élevé dans le catholicisme, comme sa mère.

Tous feront preuve d’une insouciance qui ne sera pas sans conséquences:Ousman ne sait pas à quel point pour réussir en politique, il faut savoir se taire et encaisser, même en cas de racisme. Il mettra du temps avant de s’apercevoir qu’il a été pris pour un faire-valoir du gouvernement, il a été la caution de la carte « diversité ». Et du jour au lendemain, il passe au second plan et s’il mettra tout en oeuvre pour revenir sur le devant de la scène politique, rien ne sera plus pareil…

François Vély, lui, appartient au clan des « bien-nés » et évolue dans un monde d’affaires rempli de mondanités. Le scandale médiatique qui s’abat sur lui lui fait connaître des moments difficiles: ses origines juives lui sont rappelées, pourquoi donc n’a t-il pas davantage soigné son image?

Marion et Romain seront insouciants dans leur histoire d’amour. Le mariage de Marion avec François a eu lieu juste après le suicide de Katherine, la deuxième épouse et mère des enfants. Romain, lui, s’interroge sur les sacrifices humains et le rôle de l’armée mais il n’a qu’une idée en tête: retrouver Marion, délaissant femme et enfant.

Karine Tuil aborde de nombreux sujets contemporains: la lutte contre le terrorisme, le départ de jeunes soldats en mission à l’étranger, le rôle et la responsabilité de l’armée, la montée politique de certaines catégories de population, dites minoritaires au gouvernement, la montée du communautarisme et l’embrigadement de jeunes au nom de la religion. La quête de l’identité est un des sujets centraux qui met également en lumière une société loin d’être facile et violente. Que l’on soit Blanc, Noir, Juif ou non, ce roman est construit autour d’une lutte des classes pour chacun des personnages.

Très fouillé et documenté, le style du roman est alerte et rythmé. Avec maints détails livrés sans détour qui font que chacun peut s’interroger sur ce qu’il aurait fait à la place de tel ou tel personne.

Conseil: ce roman paru en août 2016 est à lire absolument, surtout si vous voulez découvrir le microcosme d’une société d’individus en quête d’eux-mêmes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s