La goûteuse d’Hitler- Rosella Postorino

Editions Albin Michel – 02/01/2019- 400 pages

Lors de sa parution, en janvier 2019, le titre de cet ouvrage m’a intriguée. Je n’avais que peu entendu parler de ce fait (le dictateur Hitler avait des goûteuses, ah bon?), logique somme toute et probablement pas inédit. Cela m’a intéressée, comme tout ce qui a trait à la Seconde Guerre mondiale et à la vie quotidienne des diverses populations, opprimées ou non (je ne vais pas m’étendre en plus sur le devoir de mémoire, indispensable d’après moi). Pour ceux mal à l’aise avec le lecture d’un livre sur un tel sujet, je vous invite à lire d’abord, avant de décider s’ils liront ou pas le livre, un extrait proposé sur le site des Editions Albin Michel (voir ici: https://www.albin-michel.fr/ouvrages/la-gouteuse-dhitler-9782226401854). Je vais de ce pas lire le roman maintenant (eh oui, je rédige parfois les introductions de mes billets avant de lire) et reviens ensuite vous en dire plus.

Résumé du livre

1943.En Prusse orientale, Hitler s’est retranché dans son bunker. Il engage des goûteuses, de peur d’être victime d’un empoisonnement par l’alimentation. Parmi elles, Rosa, femme de soldat, Berlinoise arrivée depuis peu au village chez ses beaux-parents.

Elles sont dix goûteuses. Dix femmes qui savent qu’elles vont osciller entre survie et peur: chaque bouchée qu’elles avalent peut être la dernière…Cela crée une drôle d’ambiance au réfectoire, teintée de contraintes et de trahisons…

Mon avis de lecture

L’auteure italienne nous présente un pan assez méconnu de la Grande Histoire et s’en tire avec brio, le livre ayant été primé à plusieurs reprises:Prix Campiello, prix Rapallo, prix Pozzale Luigi Russo…

Le récit est bien mené, fait de multiples rebondissements qui permettent de continuer le lecture jusqu’au bout en se demandant comment tout cela va finir…L’auteure présente cela comme la confession de Margot Woelk qui n’a dévoilé son secret (devoir goûter les plats préparés pour Hitler) qu’à 95 ans. Son histoire est narrée à travers le personnage principal de Rosa Sauer.

Si le sujet a longtemps été tabou pour elle, cela en dit long sur le statut des Allemands pendant la guerre, au sein même de leur pays. L’auteure montre comment a vécu la population au plus près du dictateur. Certains ont connu la faim, les conditions de vie difficiles et la peur aussi. Rosa (ou Margot) aura survécu et nous aura apporté son témoignage. Les mots ne sont jamais vains, quand la petite histoire côtoie la grande. Ce livre permet de s’interroger sur le genre humain, dans toutes ses dimensions. A lire donc.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s