Signe particulier: transparente – Nathalie Stragier

Editions Syros jeunesse – 06/09/2018- 320 pages

Résumé du roman

Esther, 15 ans, est une adolescente plutôt réservée. On l’oublie facilement: au lycée, les professeurs l’interrogent peu, elle n’a pas été invitée à la fête d’un garçon, contrairement à sa meilleure amie, Romane, plus exubérante. A la maison, c’est pareil: ses parents n’ont d’yeux que pour sa grande soeur Alexandra qui passe bientôt son bac, son petit frère ne s’intéresse pas non plus beaucoup à elle.Elle ne se met pas en avant et se sent souvent mal à l’aise et transparente, pensant même fuguer au début du roman.

Un jour, elle se rend compte qu’elle est réellement transparente, par moments. Une narratrice semble observer les scènes et trace le portrait d’une Esther pour qui tout semble basculer. Elle prend peu à peu conscience du processus qui se joue et des bons côtés de la transparence. Elle rencontrera d’autres transparents comme elle, dont la narratrice, et sera confrontée à un dilemme: basculer totalement dans la transparence ou tout faire pour redevenir comme avant, quitte à oublier la transparence?

Mon avis sur le roman

La lecture du roman est fluide, le lecteur se laissant porter d’épisode en épisode…Le fait qu’il y ait une narratrice qui observe les scènes permet de prendre de la distance par rapport au personnage d’Esther. Il est en revanche déstabilisant de ne rien savoir d’elle au départ, ce n’est qu’au fil de la narration qu’on apprend qui elle est réellement (j’entretiens un peu le suspense pour ceux qui n’auraient pas lu le roman encore…).

Nathalie Stragier aborde un des sujets qui préoccupent les adolescents (le regard de l’autre, le jugement, le manque d’assurance) par un biais original et fantastique: la transparence. Elle en montre les côtés positifs (Esther semble se faire des amis qui s’intéressent à elle) et aussi négatifs (connaître les pensées des autres sans qu’ils s’en rendent compte peut mettre mal à l’aise). L’affirmation de soi et les moyens pour parvenir à s’affirmer sont des sujets qui tiennent une grande place dans le coeur des adolescents et beaucoup d’adolescentes ne manqueront probablement pas de s’identifier à Esther ou à d’autres transparents.

L’auteure fait naître également chez le (jeune) lecteur une forme d’empathie pour les transparents délaissés. J’ai beaucoup aimé le personnage de Godeleine, ennemie puis amie d’Esther, forte de ses convictions, maîtresse d’elle-même en apparence et pourtant si fragile.

Je pense que ce roman pourra également plaire à cause de sa temporalité et du rapport que les personnages entretiennent avec le temps. Pour Esther, le temps semble long au départ: chaque petite action lui semble durer une éternité dès qu’on la regarde. Son camarade de classe, Simon, est d’ailleurs victime de la même chose: à chaque regard, il rougit. Romane s’en tire mieux: pour elle, le temps semble n’être que fêtes et bavardages futiles mais tout de même, elle a besoin de son amie Esther (au début, du moins). Pour les transparents, en revanche, le temps est souffrance: souffrance de ne rien maîtriser, souffrance de disparaître de la mémoire des non transparents, souffrance de voir que le temps passe chez les autres mais pas pour eux…

Ce roman nous entraîne dans une réflexion sur les rapports amicaux. Qu’est-ce qu’une amie? Comment la garder? Comment ne pas être transparente à ses yeux? Autant de thèmes abordés qui lui assurent un certain succès chez les adolescents…

Signe particulier: transparente paru en septembre 2018 fait partie de la sélection du Prix Chimère 2019-2020.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s