Le grand voyage de Figgy – Tamsin Janu

Editions Bayard (jeunesse) – 06/06/2018-208 pages

Résumé du roman

Au Ghana, Figgy est une petite fille de 8 ans qui vit avec sa grand-mère adoptive. Elle pense qu’elle est la seule Figgy du Ghana et peut-être même du « vaste monde » mais elle n’en est pas sûre car elle a conscience de ne pas connaître beaucoup de choses en dehors de son village. Sa meilleure amie est une chèvre qu’elle a appelée Kwamé. Elle va découvrir le « vaste monde » d’une façon tout à fait inattendue: sa grand-mère tombe malade et elle se met en tête d’aller en Amérique pour lui chercher des médicaments. Sur les routes qu’elle parcourt, accompagnée de sa chèvre, elle croise un garçon un peu plus âgé qu’elle, Julius, qui deviendra son meilleur ami. Il l’aidera dans son voyage: ils seront amenés tous deux à aller de ville en ville et rencontreront d’autres personnes, bien ou mal intentionnées…

Mon avis sur le roman

Le grand voyage de Figgy est une histoire facile à lire, pleine de fraîcheur. Figgy apparaît comme une narratrice pleine d’humour et d’innocence.

Au centre du roman, une question centrale: que faire lorsque sa grand-mère est malade et qu’elle a besoin de médicaments qu’on ne trouve pas au village? Figgy est entourée par sa famille, ses amis, elle est aimée, éduquée, choyée, sans être riche. Or, c’est de l’argent qu’il faudrait. Qu’à cela ne tienne! Elle décide de faire un emprunt dans une banque et d’aller en Amérique. Elle ne sait ni où se trouve l’Amérique ni qu’une banque ne prête pas aux enfants et encore moins à ceux qui ne peuvent rembourser.

Qu’importe, l’auteur fait de Figgy une héroïne décidée, prête à tout. Il nous dresse un portrait du Ghana sans tomber dans les excès, sans en donner non plus une version édulcorée: pas de misérabilisme, pas de concession non plus. Oui, il est difficile de circuler dans ce pays et de se faire comprendre aisément tant les dialectes sont nombreux. Non, tout le monde n’a pas accès aux soins de façon égalitaire et non, le Ghana n’a pas tous les médicaments du monde. Oui, même quand on est un enfant, on doit travailler pour gagner les trois sous qui permettront d’avancer un peu plus dans le voyage.

Le thème de la maltraitance et de l’exploitation des enfants est omniprésent: Julius est un enfant battu par son père, les chauffeurs de taxi veulent être payés coûte que coûte, les chauffeurs de minibus profitent de la naïveté d’une enfant pour négocier le prix du voyage, Julius a failli être enlevé pour servir de gagne-pain à une troupe d’artistes souhaitant se servir de ses capacités et les orphelins ne mangent pas à leur faim, la nourriture étant sous le contrôle des dirigeants de l’orphelinat…

Malgré tout, même si l’histoire n’est pas toujours gaie, de rebondissements en rebondissements, on se laisse prendre au jeu, on a envie de continuer de lire…Des valeurs fortes accompagnent les enfants, une forte amitié est décrite et des adultes font preuve de générosité et sont touchés par l’histoire de ces enfants…

Le voyage de Figgy constituera certainement pour les jeunes lecteurs une découverte du monde africain et une réflexion autour des sentiments humains: l’amitié, l’amour de la famille, la générosité, la malveillance, la solidarité. Il constituera sans aucun doute une belle approche vers d’autres romans d’aventure…

Ce roman paru en juin 2018 fait partie de la sélection pour le Prix des Incorruptibles 2019-2020 (CM2-6ème). Sa lecture est conseillée à partir de 10 ans.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s