Sale gosse – Mathieu Palain

Editions l’Iconoclaste-21/08/2019-

J’avais repéré ce livre, nouveauté littéraire de la rentrée, paru en août 2019 lors d’un passage en librairie en octobre. Il a fallu attendre qu’il soit disponible à la médiathèque, mon budget consacré aux livres étant limité en ce moment (Noël approchant…).

Résumé du livre

C’est l’histoire de jeunes en perdition, sans repères ou pas avec les bons, légalement parlant. C’est l’histoire d’éducateurs de la PJJ (protection judiciaire de la jeunesse ) qui n’ont pas toujours le même parcours mais la volonté tenace d’aider et d’accompagner ces jeunes.

Wilfried est au centre de l’histoire. Père inconnu, mère toxicomane: il est retiré de son foyer à 8 mois pour être placé en famille d’accueil, chez Thierry et Anna. A 15 ans, il se voit footballeur professionnel, il est au centre de formation d’Auxerre mais il est renvoyé à cause de violence envers un autre joueur. Pour l’aider et consolider l’équilibre familial, Thierry et Anna lancent une procédure d’adoption mais un juge décide que Wilfried doit aller vivre avec sa mère biologique. L’adolescent préfère fuguer et tomber dans la violence. A 17 ans, il est suivi par une équipe d’educateurs, surtout par Nina, avec une question lancinante: que faire de sa vie, lorsque la case prison n’est pas loin?

Quelques mots sur l’auteur

Mathieu Palain est un jeune auteur, né en 1988. Sale gosse est son premier roman. Il explique son parcours à la fin de ce livre: il est journaliste de formation, mais son père était éducateur de la PJJ. Il a voulu lui rendre hommage ainsi qu’à ses collègues et a passé 6 mois à la PJJ d’Auxerre. Il s’est aussi inspiré de plusieurs films, notamment Polisse de Maiwenn dans lequel une photographe s’est retrouvée confrontée à la vie quotidienne d’une brigade des mineurs.

Mon avis sur ce livre

J’ai passé un agréable moment en lisant ce livre. Mathieu Palain brosse des portraits sans concession, aussi bien des jeunes que des éducateurs. Les familles défaillantes sont ce qu’elles sont: des familles défaillantes. Tout paraît réaliste, comme si nous y étions.

On perçoit toute la difficulté du métier d’éducateur, un métier qui ne s’arrête pas à la sortie de la PJJ.

 » Le foyer, c’est le cinéma et le milieu ouvert, la photographie. Un film, tu le vis à je ne sais pas combien d’images par seconde, et l’histoire t’embarque. La photo, elle reste figée mais à force de la regarder, tu perçois les détails, le second plan. Le milieu ouvert, c’est ça: tu as l’impression d’avoir perdu le contact, alors qu’en fait, tu as pris du recul pour comprendre ce qui se passe. »

Leur métier les confronte à tous les travers de la société: la drogue, l’alcool, le désamour ou le non-amour de gosses pas désirés, la précarité voire la misère, la difficulté pour les adultes de faire face à leurs responsabilités ou leur irresponsabilité. Les parcours des gosses, ils les connaissent d’avance, ils se ressemblent tellement: suite à l’abandon ou la démission des parents, peu importe les raisons, les gosses se retrouvent fragilisés, cabosés de partout. En arrivant au foyer, tous ont connu la violence: les cris, les coups, les paroles désobligeantes voire les viols, la prostitution, certains ayant même tourné la violence contre eux-mêmes, par des tentatives de suicide, des mutilations, ou contre d’autres, par des vols.

Les univers de ces gosses, c’est la cour des miracles. A travers une écriture directe, qui ne s’embarrasse d’aucune fioriture, Mathieu Palain nous fait aussi sur les capacités de l’être humain à protéger les plus fragiles et sur le devenir de ces jeunes. Comment l’institution fait-elle pour gérer les nombreux dossiers et faire en sorte que de ces dossiers émerge de l’humain (ce sont les éducateurs qui font cela admirablement)? Quel sens peut-on donner au mot « famille? ». Que faire quand on n’est plus sous couvert de la protection de l’enfance, à 18 ans? Et aussi: est-ce que le sport peut « sauver » ces « sales gosses »?

Un roman qui nous plonge au coeur de l’humain, avec ses soubresauts et ses palpitations.

Une réflexion sur « Sale gosse – Mathieu Palain »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s