Peine perdue – Olivier Adam

Olivier Adam, né en 1974, est un écrivain français qui a pour habitude de mettre en scène dans ces romans des personnages « sur le fil », des histoires personnelles douloureuses, des failles, des inadaptations familiales, sociales et sociétales. On retrouve ici le personnage d’Antoine, déjà croisé dans d’autres romans comme A l’ouest.

Editions Flammarion-20/08/2014-416 pages

En attendant que le dernier livre d’Olivier Adam Une partie de badminton soit disponible à la médiathèque où je l’ai réservé, je me plonge dans la lecture d’un autre de ces ouvrages: Peine perdue. Sachant que je n’ai pas tout à fait adhéré à son dernier ouvrage Chanson de la ville silencieuse (2018) et que mon livre préféré reste A l’abri de rien (2007).

Peine perdue est un roman paru en août 2014 dans la lignée des autres romans de l’auteur, tristesse et mélancolie sont sa signature. Olivier Adam retrace le parcours de 22 personnes, à un moment T. Au centre, il y a Antoine, son portrait est brossé dès le début du roman, suivi de celui de son ex-femme, Marion. Footballeur amateur, Antoine, trentenaire, est parfois violent. Il se retrouve à l’hôpital, suite à son agression par deux hommes cagoulés. Nous sommes en plein hiver,dans une station balnéaire de la Côte d’Azur. Les touristes se font rares mais chacun va devoir affronter une tempête: les vents se déchaînent, des personnes seront portés disparues, il y aura des morts aussi. Nous essayerons de comprendre qui a bien pu agresser Antoine, dans ce lieu de villégiature où les vacanciers se sont envolés. 22 autres personnes apporteront également leur éclairage afin de mieux comprendre ce qui est arrivé à Antoine…

Mon avis sur le roman

Il est beau, il est sombre,il tient en haleine du début à la fin. Olivier Adam y met en oeuvre plusieurs éléments que l’on retrouve dans ces autres romans. Pour commencer, la mer. Nous ne sommes pas ici dans un cadre idyllique, les bourrasques de vent n’épargne rien ni personne, nous nous retrouvons vite dans une ambiance de type Apocalypse now.

Ensuite, Olivier Adam dresse des portraits très réalistes de ses personnages tout cabosés. Comme dans nombre de ces autres romans, il met en scène des personnages qui connaissent mille galères dans leur vie quotidienne, qui sont si mal préparés à ce qui leur arrive.

Chacune de ces personnes montre ses failles et plonge le lecteur en plein désarroi. Ce n’est pas le roman de l’espoir, on se demande même à la fin de la lecture de chaque chapitre si effectivement, tout n’est pas peine perdue…Chacun tente tout de même de sortir de sa torpeur, de sa petite vie, certains y parviennent un peu, d’autres au contraire s’y engouffrent allègrement…

Amis du feel good, ne fuyez pas pour autant! La plume d’Olivier Adam est juste, sincère. On ne sort pas joyeux de cette lecture mais elle est nécessaire…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s