Dans la tête de Sherlock Holmes – tome 1: L’affaire du ticket scandaleux

Editions Ankama – 24/05/2019-50 pages

Un matin, un médecin, Herbert Fowler, que le Docteur Watson connaît bien lui est amené au 221B Baker Street à Londres dans un triste état: blessé à la clavicule, en chemise de nuit, avec une pantoufle de femme à un pied, il est de surcroît partiellement amnésique. Il n’en faut pas plus pour aiguiser la curiosité du détective Sherlock Holmes. De la poudre sur les vêtements, un ticket de spectacle particulier le laissent penser qu’il s’agit d’un complot de grande ampleur…Les dessinateurs et scénaristes de la bande dessinée nous plongent tout droit dans les pensées de Sherlock Holmes pour résoudre cette affaire.

Mon avis sur cette bande dessinée

J’ai tout de suite été attirée par la couverture originale: le dessinateur Benoît Dahan nous présente un paysage londonien, certes classique mais le trait de crayon est joli. Et surtout au centre, en transparence, la tête de Sherlock et l’objet qui fait qu’on le reconnaît à coup sûr: sa pipe. Ajoutons à cela que nous est présentée également sa mansarde dans laquelle, petit bonhomme, il se trouve confronté à de nombreux ouvrages qu’il range.. Alors, que ce soient les fans inconditionnels du détective ou les non-initiés, chacun pense à ouvrir la première page de la bande dessinée.

Le scénariste Cyril Liéron et le dessinateur Benoît Dahan signent ici une très belle collaboration. Le graphisme est ultra-réaliste et les mots toujours assez justes pour retrouver l’esprit des aventures écrits par Sir Arthur Conan Doyle. Ajoutons à cela une superbe représentation de la ville de Londres à travers des plans minutieux, insérés de façon pertinente dans les planches. Le ton de l’oeuvre est respecté et j’ai beaucoup apprécié le fait que l’on place les lecteurs dans la tête de Sherlock: le cheminement de sa pensée est magnifiquement représenté par des moyens variés. La tête de Sherlock peut être représentée pour comprendre la situation de départ: « collecte des témoignages »: « 23 heures » « cadeau » « hôpital » « pas le seul médecin ». On peut également voir le personnage représenté en plus petit, en entier, une bulle indiquant: « Récapitulons ». Notons également l’importance des objets pour le cours de l’enquête et leur représentation détaillée comme si nous-mêmes les possédions: le ticket de spectacle, le coupon à motif pictographique…

La cerise sur le gâteau? Le premier tome répond à un questionnement, dévoile un cheminement de pensée mais la solution ne nous est pas offerte: il faudra pour cela attendre le second tome…

A lire, à lire, à lire!

(J’ajoute que cette bande dessinée est en lice pour la compétition officielle du festival d’Angoulême 2020 dans la catégorie « Sélection Fauve Polar SNCF », qu’elle fait aussi partie de la sélection officielle du Prix BD Landerneau et de la sélection Prix BD FNAC-France Inter)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s