Les inoubliables – Fanny Chartres

Ce roman a été publié aux Editions Ecole des Loisirs, dans la collection Médium pour les 11-13 ans.

Editions L’école des loisirs- 30/01/2019-192 pages

Résumé du livre

Luca est un adolescent roumain qui vit depuis peu en France avec son père. Il effectue sa première rentrée au lycée avec d’autres élèves comme lui, les EANA, c’est-à-dire les élèves allophones nouvellement arrivés en France. Il y a Chavdar, le Bulgare, fils de diplomate, Jae-Hwa la Coréenne du Sud, Tezel qui vient de Turquie et Marvin qui ne parle qu’en anglais. Il y a aussi Anna, leur tutrice dans cette classe, qui a leur âge et dont la mère veut taire ses origines roumaines. C’est surtout l’évocation de la Roumanie qui est faite dans cette histoire, d’ailleurs, même si le thème de l’exil et de l’adaptation en France sont présents pour tous les pays.

Luca rêve de devenir violoniste, la raison de sa venue en France est principalement sa préparation pour entrer au Conservatoire. Mais c’est aussi une toute autre histoire qu’il va vivre, une histoire d’amitié entre jeunes déracinés qui cherchent leur place, une histoire de racines, aussi, les siennes et celles d’Anna, à travers celles de la mère de celle-ci…

Mon avis sur le livre

Ce roman est plaisant à lire et sa lecture est rapide. Fanny Chartres évoque ici des trajectoires différentes, des adolescents aux caractères différents avec des similitudes qui les rapprochent: tous ont des souvenirs de leurs pays et des visages à ne pas oublier…dont ils ne peuvent parler qu’entre eux, à leur famille. Car la France les accueille et leur colle tout de même une étiquette d’étranger: leurs camarades de classes font ainsi montre de clichés. Le ton est gentillet, tout de même, l’auteur s’adresse à un public jeune. Faire front parce qu’on est différent, faire fi des préjugés, être accepté: tels sont les messages véhiculés par ce roman. Anna est à ce titre une figure exemplaire: non seulement elle aide les EANA mais en plus, elle les défend face aux camarades qui font preuve d’étroitesse d’esprit et enfin elle partage avec eux son quotidien, son histoire, tout comme eux partagent le leur.

Il est à noter le ton léger et plein d’humour face à l’apprentissage de la langue française, Chavdar étant l’archétype de l’étudiant plein d’humour ayant du mal à s’exprimer, confondant un mot pour un autre, croyant écrire une poésie tout en en déformant une autre.

Je ne sais pas si les adolescents qui le lisent le verront du même oeil que les lecteurs adultes…Probablement pas. Mais cela reste une bonne lecture pour les élèves qui, sans être en UPE2A, ont des parents venus de pays étrangers: cela pourrait être l’occasion de découvrir un autre pan de leur histoire ou tout simplement cela pourrait être l’occasion d’ouvrir le dialogue avec leurs parents et d’entre-apercevoir leur jeunesse…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s