Nous étions nés pour être heureux – Lionel Duroy

Editions Julliard-22/08/2019-138 pages

Présentation de l’éditeur

Depuis trente ans, Paul a fait de son histoire familiale, et du désastre que fut son enfance, la matière même de ses romans. Une démarche que ses frères et soeurs n’ont pas comprise, au point de ne plus lui adresser la parole pendant de longues années. Et puis arrive le temps de la réconciliation. Paul décide de réunir à déjeuner, dans la maison qui est devenue son refuge, tous les protagonistes de sa tumultueuse existence : ses neuf frères et soeurs, leurs enfants et les siens, et même ses deux ex-femmes.
Viendra qui voudra. Et advienne que pourra. Le temps d’un singulier repas de famille, Lionel Duroy parvient à reconstituer tous les chapitres essentiels de la vie d’un homme. Avec sa profondeur psychologique habituelle et l’élégance de son style, il livre ici un récit vibrant de vérité sur les liens indestructibles de l’enfance, la résilience et la paix enfin retrouvée.

Mon avis sur le roman

Je dois sincèrement dire que je suis déçue. J’ai peiné à le lire jusqu’au bout et si je l’ai fait, c’est parce que je m’attendais à quelque chose de plus que je n’ai pas trouvé. Lionel Duroy écrit bien et met parfaitement en scène cette famille venue chez le frère écrivain pour ressouder les liens et oublier la brouille au sujet d’un livre publié des années plus tôt sur la dite famille. En lisant, le lecteur peut se figurer présent au repas: qui n’a jamais eu un membre de sa famille soucieux de savoir s’il y a assez de jambon pour tous (ou un autre aliment)? Qui n’a jamais eu une soeur, une tante venue avec deux tartes? Qui ne s’est jamais soucié de mettre ses invités à l’ombre? Quelle famille ne s’est pas retrouvée en pleine conversation animée au cours d’un repas? Qui n’a jamais été vexé par une phrase prononcée trop vite ou par une rancoeur inavouée?

Lioney Duroy maîtrise parfaitement les subtilités des liens familiaux qui se font et se défont, tels des fils fragiles. Mais il y a aussi un petit quelque chose qui fait que je n’ai pas adhéré, les personnages sont touchants, on sent l’émotion mais je suis restée en dehors, pas assez concernée…

2 réflexions sur « Nous étions nés pour être heureux – Lionel Duroy »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s