Les toits du paradis – Mathangi Subramanian

Editions de l’Aube – 02/01/2020- Traduit de l’anglais par Benoite Dauvergne- 408 pages

Résumé du livre

L’histoire se passe dans le sud de l’Inde, plus précisément à Bangalore, dans un bidonville nommé Swarga ou Paradis, un nom inscrit sur un panneau enfoncé sur le terrain depuis 30 ans. Un bulldozer menace de tout détruire pour faire place à un centre commercial mais les femmes vivant là font front. Avec elles et les grands mères, cinq adolescentes, cinq amies: Banu, l’artiste, qui vit avec sa grand-mère, Deepa, jeune fille aveugle, pleine de ressources, Padma, venue d’ailleurs, Joy, transgenre, d’abord né garçon puis devenu fille et Rukshana qui est queer.

Entre grands malheurs et petits bonheurs, c’est leur histoire qui va nous être racontée mais aussi l’histoire du bidonville, déjà menacé de destruction à plusieurs reprises, l’histoire de leurs mères, de leurs grands-mères, de leurs père plutôt en retrait. C’est aussi un pan de la culture indienne qui nous est présentée, avec ses traditions, ses séparations de classe aussi. Les habitants de Bangalore voudraient ne pas voir ce bidonville. Les habitantes du Paradis, elles, au contraire, veulent empêcher sa destruction et montrer qu’elles aussi, elles existent, pleines de vies, animées, tournées vers l’espoir d’une vie meilleure…La destruction du bidonville pourra t-elle être empêchée? Comment la lutte va t-elle donc se terminer?

Mon avis sur le roman

Quelle lecture! Les toits du Paradis est une lecture splendide depuis son canapé vers un pays qui compte de nombreuses richesses insoupçonnées, y compris la richesse de cœur de ses habitants et surtout dans le cas présent ses habitantes qui ont peu mais qui sont tellement attachant(e)s.

Quelle leçon d’humanité nous donne l’auteure dans ce premier roman! Elle ne donne pas du tout au lecteur de quoi pleurer dans les chaumières, bien au contraire. Elle nous brosse le portrait de femmes débrouillardes, pleine de générosité, de bonté, qui sans forcément être très instruites ont « l’intelligence de la vie » en elle, faite d’expériences diverses.

A travers le regard de ces cinq amies adolescentes, c’est surtout la joie de vivre qui prime. Malgré tout: malgré la pauvreté, malgré la violence contre les femmes, si souvent rejetées en Inde jusque dans leur famille, malgré le système de caste qui perdure, les inégalités sociales présentes dans tous les milieux (même les ouvriers sur le chantier, au milieu des bulldozers évoquent la difficulté de payer les études, les mariages qui ne se font pas aisément, et la malédiction d’avoir une fille), malgré le fait d’être une fille, justement. Qu’ont-elles à perdre par rapport à ce qu’ont connu leurs mères et leurs grands-mères? Qu’est-ce qui les attend dans une société qui cherche à détruire leur lieu d’habitation?

C’est aussi l’histoire de leur destin qui nous est présentée. Leur meilleure alliée est la directrice de l’école, Mme Janaki, qui œuvre pour empêcher les retraits de l’école, synonyme de mariage souvent et que les filles aillent le plus loin possible dans leurs études, à l’université. Qui encourage chacune à exploiter son talent: Bana la peinture, Padma son talent pour les langues.

Fermez les yeux après la lecture du roman et vous retrouverez les odeurs de cuisine, vous respirerez les épices, les bons petits plats, vous aurez envie de toucher les tissus des tenues colorées et de vous promener dans les ruelles à la recherche des conversations de cette communauté de femmes…A travers les anecdotes de chacune, vous vous interrogerez sur les conditions de la femme indienne, surtout celle issue d’une classe pauvre. Et vous vous direz que ce roman délivre un message d’espoir pour les jeunes générations, en montrant une société en pleine mutation…

Un gros gros coup de cœur pour ce roman que je conseille vivement à tous !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s