Nos vie en l’air – Manon Fargetton

Editions Rageot -00/01/2019-192 pages

Résumé du livre

Ils sont lycéens, ont à peu près le même âge, 15-16 ans, et sont en proie avec leurs démons…

Elle, elle s’appelle Mina et a décidé d’en finir avec la vie en sautant du toit d’un immeuble en face du lycée Buffon. Elle a mis sa tenue préférée et pris ses accessoires « pour que tous comprennent ». Tous, ce sont ses camarades de lycée qui la harcèlent sur les réseaux sociaux.

Lui, c’est Océan , Océan Du Plessis. Sa vie n’est pas spécialement joyeuse, sa mère était dépressive et s’est suicidée, son père a beaucoup de travail et il n’aime pas sa grand-mère ni ses oncles, tantes et cousins, qu’il trouve trop snobs. Alors il monte sur le toit avec la même idée que Mina.

Parce qu’ils ne se connaissent pas et semblent vivre dans deux mondes opposés, parce qu’ils ont le même objectif, ils décident de s’accorder un sursis, une nuit. Une nuit durant laquelle ils veulent faire des folies et jurent de tout se dire.

Jusqu’où cette décision va t-elle les mener?

Mon avis sur le livre

Solitude, harcèlement sur les réseaux sociaux, amour, amitié, mort de personnes proches et deuil: de nombreux thèmes sont réunis dans ce livre afin de toucher les adolescents. Et cela fonctionne. L’auteure, Manon Fargetton, crée deux personnages complexes qui symbolisent à eux deux tous les affres de l’adolescence. Une période pas facile. Mina apparaît comme un personnage attachant et lumineux, prête à aider les autres, comme partir à la recherche du sac d’Aurélie, une jeune femme croisée à un concert. Océan, lui, au contraire, est un personnage plus secret qui au premier abord paraît moins sympathique mais dont on comprend par la suite qu’il est en fait très blessé par la vie. S’il ne semble pas tourner vers les autres et la communication, son côté plus sombre lui permet tout de même de se lier aux autres, comme à la jeune fille qu’il aide dans le restaurant. Le fait que les deux adolescents ne soient pas ensemble toute la nuit est d’ailleurs intéressant: on découvre la personnalité de chacun de cette façon.

Si elle n’est pas au centre du roman, la question de la dépendance au téléphone, aux réseaux sociaux est suggérée: Mina éprouve le besoin d’aller voir ce qu’on dit d’elle, ce que les autres pensent d’elle. Et Océan lui apprend justement à s’affranchir du regard d’autrui. Les adolescents lecteurs pourront ainsi réfléchir à leurs propres pratiques et à l’effet induit par le groupe: les critiques, de la part de camarades de Mina, semblent faire un effet boule de neige, c’est à cela qui critique davantage.

Petit bémol: la fin est trop rapide, on aurait aimé en savoir davantage…

Un bon roman, bien construit, qui fait réfléchir les adolescents sur le suicide et l’utilisation qu’ils ont des réseaux sociaux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s