La loi du rêveur- Daniel Pennac

Editions Gallimard- 03/01/2020-176 pages

Mon avis sur le roman

Avant toute chose, sachez que j’aime beaucoup les romans de Daniel Pennac, je suis une « fan » de la famille Maulaussène, je me souviens encore de la découverte du premier roman lu à l’adolescence: La petite marchande de prose. Des années plus tard, je souligne toujours le talent de ce monsieur amoureux des mots et de la belle langue. Contrairement à des auteurs qui misent tout sur l’intrigue et l’enchevêtrement des faits, lui, ce qu’on sent à travers ses romans, c’est vraiment son amour des mots, son amour pour ses proches et aussi une certaine tendresse pour ses personnages plébiscités par le public (Benjamin Malaussène, je te salue!).

Je dois vous dire, Monsieur, que j’ai beaucoup aimé certaines phrases de votre copain Louis, saluant votre talent: « Mon pote est un rêveur génial. Quand nous serons grands, il sera écrivain », ajoutant plus loin: « Et moi, je serai personnage ». Indéfectible lien d’amitié que celui-ci, quoi de plus précieux qu’un ami que l’on glisse dans un livre? Quoi de plus précieux qu’un ami qui nous écoute raconter nos rêves, aussi?

Daniel Pennac commence fort: au début du récit, le narrateur, c’est-à-dire lui enfant, affirme à son copain Louis, 10 ans comme lui que la lumière, c’est de l’eau et fait le rêve d’être pris dans une explosion de lumière liquide. Que peut-on bien faire de ses rêves, au réveil? Daniel choisit d’emmener son lecteur à la rencontre de ses rêves: plongez donc au cœur d’un village englouti, partez à la découverte d’un barrage. Profitez-en aussi pour découvrir Fellini. Qui est donc Federico Fellini? Lisez ce livre pour le savoir, je ne vous en dirai que quelques mots: Daniel Pennac rend hommage à l’homme qui dessinait ses rêves pour en faire la matière de ses films. Il fait de ses rêves un processus créatif, les faisant s’emboiter les uns aux autres.

Il oscille souvent entre rêve et réalité, évoquant également ses élèves et le pouvoir des rêves sur eux. Ceux-ci se révélant bloqués par le fait d’écrire, le professeur Pennac leur a demandé de recueillir leurs songes dans un carnet puis s’est lui-même chargé d’écrire leurs rêves au tableau. Et ses élèves ont adhéré, ils ont cru au pouvoir mystificateur du rêve. Et Pennac a continué de nous emmener aussi voir son vieux copain Louis, affirmant à ses petits-enfants qu’avec lui, il trouvait la matière d’un de ses textes. Balade littéraire ou réflexion sur ce que signifie l’acte d’écrire, La loi du rêveur est un roman inclassable. Mais croyez-moi, après l’avoir lu, vous aussi, vous aurez envie, comme Daniel Pennac, d’être victime d’un accident domestique : ce monsieur, en voulant changer l’ampoule grillée d’un rétroprojecteur, s’est retrouvé à terre, suite à la chute d’un escabeau et a vu toute sa vie défiler devant lui. Le tout alors que sa femme et lui regardaient le film Amarcord de Fellini…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s