Le pays des autres- Leila Slimani

Pour son troisième roman, Leila Slimani s’inspire de l’histoire de ses grands parents et couvre l’histoire du Maroc entre 1946 et 1956.

Editions Gallimard-05/03/2020-368 pages

Résumé de l’histoire

En 1944, une jeune Alsacienne, Mathilde, rencontre un jeune Marocain, Amine, combattant pour l’armée française. A la fin de la guerre, elle quitte la France pour le Maroc. Le père d’Amine a des terres à Meknès, une ville de garnison. Mariage, déménagement, naissance des enfants, Aicha et Sélim…Pour Mathilde, la désillusion est rude: elle découvre que le Maroc n’est pas la terre dont elle rêvait, l’ambiance est trop rigoriste pour elle et que l’exotisme qu’elle décrit dans les lettres qu’elle envoie à son père, Georges, et sa soeur, Irène, est loin de la réalité. Très loin même car Amine travaille dur mais les terres sont rocailleuses et pas aussi productives que son père le lui a promis. Le couple est en manque d’argent, leur travail sera t-il finalement récompensé? Dans les années 50, il assistera aussi à une montée de violence, à des tensions liées au colonialisme, le tout aboutissant à l’indépendance du Maroc en 1956.

Mon avis sur le roman

Leila Slimani décrit avec justesse « le pays des autres », le Maroc où tout un chacun peut ne pas se sentir intégré. A commencer par Mathilde, cette étrangère qui a épousé, non un Arabe riche mais un homme qui doit travailler dur sur une terre aride. Elle connaîtra la vie quotidienne à la ferme, une vie pleine de labeur, la solitude aussi et ne trouvera pas non plus beaucoup de réconfort auprès de son mari, toujours pris par le travail, qui s’assombrit au fur et à mesure que les années passent, déçu par ses terres. Si elle cherche comment s’émanciper sans heurter la culture de son mari ou du moins sans aller contre les apparences, lui, qui a eu en France le sentiment d’être un libérateur, est redevenu au Maroc un indigène parmi d’autres. Cela n’en fait pas un couple très heureux mais ce n’est pas eux que Leila Slimani pointe le plus du doigt, ce n’est pas la conception du couple qu’elle juge.

Non, ce qu’elle met en avant, c’est surtout les conditions de vie des femmes, les injustices et les inégalités dont elles sont victimes. Par le personnage de Selma, d’abord, la petite soeur d’Amine, surveillée par le grand frère, Omar. Celui-ci finit par disparaitre quelque temps, dans les tensions du pays, reprochant à son frère d’avoir épousé « une Française », voulant l’indépendance de son pays. Selma organisera à sa manière sa révolte, celle des jeunes femmes marocaines prêtes à tout pour s’émanciper et tombera amoureuse d’un Français qui l’abandonnera, sachant qu’elle est enceinte. Aicha, quant à elle, aussi jeune soit-elle sera déchirée entre la culture de son père et celle de sa mère, bien qu’élève dans un établissement catholique.

Leila Slimani porte beaucoup de douceur dans son roman: la violence est là, réelle, palpable mais elle ne tombe jamais dans les travers d’accusation, ce qui lui permet de nous dévoiler un pan historique du Maroc sous toutes ses coutures: sans racisme, sans parti pris, décrivant aussi bien les combattants oeuvrant pour l’indépendance que ceux de l’autre camp. Si la domination colon-indigène et homme-femme est présente, elle est décrite avec nuance et c’est cette absence de parti pris, mêlée d’histoire personnelle qui rend le roman intéressant. Tout est une question de regard dans ce roman: regard des autres vers « l’étrangère », regard de « l’étrangère » vers les autres, volonté d’indépendance et d’émancipation de part et d’autre.

J’attends vivement le deuxième opus de la trilogie annoncée. Aicha y tiendra probablement une grande place. En attendant, bien sûr, je vous conseille la lecture de ce roman-ci.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s