La vie mensongère des adultes – Elena Ferrante

Elena Ferrante est l’auteur de L’amie prodigieuse, saga de 4 tomes qui prend pour cadre la ville de Naples dans les années 1950 et qui raconte l’histoire d’amitié entre Lila et Elena, deux jeunes filles issues de quartiers pauvres. Elena Ferrante est une écrivaine qui cache soigneusement sa véritable identité.

Editions Gallimard – Titre original: La vida bugiardia degli adulti- Traduit par Elsa Damien – 09/06/2020- 416 pages

Résumé du roman

Giovanna mène une existence bourgeoise et heureuse entre ses parents, tous deux professeurs, leurs amis et les filles de leurs amis qui sont ses amies, surtout Angela et Ida. Son univers semble s’écrouler lorsque à 12 ans, elle surprend une conversation entre ses parents: elle croit comprendre qu’elle est laide et son père la compare à sa tante Vittoria, qu’elle ne connaît pas mais que ses parents lui décrivent comme une femme méchante.

Elle va dès lors chercher à en savoir davantage sur cette tante. Elle qui habite sur les hauteurs de Naples va découvrir des quartiers plus populaires, des personnes qui parlent en dialecte, un langage plus spontané, des manières plus libres.

Elle va aussi découvrir son histoire familiale. Et un pan de sa vie va vaciller: ses parents vont se séparer, les apparences vont se fissurer. Elle va suivre le conseil de sa tante: « Observe bien tes parents pour savoir qui ils sont ».

Amitié, sexualité, relations sociales, place dans la société, appartenance à un groupe social, à une famille: Giovanna s’interrogera sur tout, entre espoir, chagrin, peine et désillusions…

Mon avis sur le roman

J’avais adoré la saga L’amie prodigieuse et m’attendais à une histoire napolitaine un peu dans la même veine.

Elena Ferrante a ici choisi de faire évoluer moins de personnages sur un laps de temps resserré, environ 4 ans. Quatre années de la vie d’une adolescente venant de la moyenne bourgeoisie qui va passer de l’enfance à l’adolescence vers l’âge adulte.

Elle attribue à Giovanna un point de vue sensé, basé sur une ouverture d’esprit, une interrogation sur la vie extérieure, sur l’inconnue qui sont autant de preuves de maturité du personnage.

J’ai retrouvé avec plaisir son style bien à elle. Les descriptions de Naples sont vivantes, réalistes, pas enjolivées. Les personnages sont à la fois typiques dans leur genre et singuliers. On souhaiterait presque les côtoyer pour accentuer la véracité de certains moments.

A noter également la place prise par un objet: le bracelet que la tante aurait offert à Giovanna à sa naissance mais dont celle-ci ignore tout. A sa façon, cet objet raconte l’histoire de celle qui le porte, jamais la même.

Que ce soit pour les objets ou les personnages, Elena Ferrante excelle dans l’art de la description, du moindre petit détail disséqué à l’envi.

Un gros gros coup de coeur pour ce roman que je conseille les yeux fermés.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s