L’aube sera grandiose _ Anne-Laure Bondoux

Anne-Laure Bondoux est une romancière née en 1971 qui a écrit de nombreux livres pour la jeunesse. Son roman Les larmes de l’assassin (2004) a obtenu plusieurs prix (dont le Prix Sorcières). L’aube sera grandiose a obtenu le prix Vendredi en 2017.

Editions Gallimard Jeunesse – 21/09/2017 – 304 pages

Nine, presque 16 ans, en veut terriblement à sa mère, Titiana, de ne pouvoir aller à la fête du lycée avec ses copines. Ecrivain à succès, celle-ci l’a embarquée dans une aventure loin de Paris qui ne lui dit rien qui vaille. Elles arrivent dans la vieille voiture de sa mère, une Opel dont elle a honte, dans une cabane isolée, au bord d’un lac, tard le soir.

D’abord boudeuse, elle finira par écouter sa mère lui révéler son histoire. L’histoire familiale. Elle apprendra l’existence de sa grand-mère, Rose-Aimée, de ses oncles, des jumeaux, Octobre et Orion.

Une nuit blanche commence avec de nombreuses révélations à la clé!

Mon avis sur ce livre

Un roman jeunesse très plaisant et très agréable à lire. Les ingrédients du succès sont là: une adolescente boudeuse qui a du caractère, accrochée aux nouvelles technologies et se retrouvant dans un endroit qui en est dépourvues, une mère qui raconte son histoire familiale comme elle raconterait l’intrigue d’un de ses romans, ménageant des pauses entre deux épisodes de vie. Et surtout Anne-Laure Bondoux ne se range d’aucun côté des personnages: on chemine autant dans l’esprit de Nine et de ses frustrations d’adolescente que dans celui de sa mère qui de retours dans le passé en autres retours se rappelle autant de son enfance que de son choix: transmettre son histoire familiale à sa fille.

Emotion et nostalgie sont au rendez-vous. Nostalgie des années 70 et 80 avec pour toile de fond le sport, le foot et le vélo et la musique aussi. Des thèmes universels faits pour réunir les générations: parions qu’après la lecture de ce roman, des adolescents iront trouver leurs parents en leur demandant: « Tu me parler d’Eddy Merckx » ou « On peut écouter AC/DC »?.

Retenons également un style poétique pour décrire une nature isolée, « vierge » de traces humaines.

Je retiendrai également le travail de l’illustratrice: Coline Peyrony, fille d’Anne-Laure Bondoux (« vous avez dit: transmission? »). Ses dessins en noir et blanc donnent à voir le récit en images, prolongeant l’imaginaire au delà des mots, mettant en scène les objets importants de l’histoire (valise, vélo…). Je suis allée voir son site , c’est une belle découverte! Je2 vous invite à le découvrir également à l’adresse https://colinepeyrony.ultra-book.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s