Ecrire un roman: le point de départ

Photo de Tirachard Kumtanom sur Pexels.com

J’ai hésité à écrire ce billet parce qu’il est très personnel. Je vais y raconter un peu de ce qui relève de mon jardin secret: l’écriture.

Pour être directe et brève: j’ai terminé il y a environ dix jours le premier jet d’un roman d’environ 40.000 mots (selon Word).

Pour anticiper les réactions de lecteur, je vais développer sous forme de questions-réponses.

Pourquoi j’ai commencé à écrire?

J’écris depuis l’adolescence. Inspirée par la lecture du journal d’Anne Frank, j’ai écrit pendant plus d’un an un journal intime que j’ai détruit, lassée de devoir le cacher, lassée qu’il soit trouvé quand même, lassée de ne pouvoir coucher sur le papier mes pensées tranquillement (parents, s’il-vous-plaît, laissez vos enfants écrire sans être intrusifs!).

Ecrire un journal est classique à l’adolescence. Recopier des poèmes et textes aussi.

J’ai noirci quelques cahiers avec des histoires, de nombreux mots, de nombreux personnages. Mon style s’est probablement amélioré en partie par le fait que j’ai beaucoup écrit. En plus de beaucoup lire. J’ai toujours aimé « les belles lettres »

Puis j’ai cessé d’écrire. Pourquoi? Le manque de temps, de motivation, l’envie de faire autre chose… J’étais qui, moi, avec mes petites histoires? Quand tu lis des ouvrages universitaires, tu te sens un grain de sable à côté…

J’ai ensuite écrit quelques textes, courts, rien de mémorable.

Pourquoi je suis revenue à l’écriture…

Je me suis remise à l’écriture d’un roman il y a quelques mois. Je savais que si je tentais d’écrire une quelconque trame, un plan, ce roman ne verrait jamais le jour. Il fallait que j’y aille à l’instinct. Tout dans la tête, donc. J’ai écrit une page, deux pages, hop, c’était parti! J’avais une histoire, des thématiques, des personnages, un genre (roman pour la jeunesse). J’ai au fil des pages inséré des actions, des rebondissements. J’ai corrigé parfois, pas satisfaite. J’ai pris des pauses. J’ai réfléchi. J’ai lu. Rejeté des éléments, des sources d’inspiration.

Et ce roman a eu un début, un milieu, une fin. Des titres de chapitre. Un titre. Le premier jet est né. Le premier jet est là.

Un premier jet…Et ensuite?

J’ai pointé les éléments qui me plaisaient. Ceux qui manquaient aussi. Le prochain travail sera d’apporter une amélioration avec un travail plus réfléchi, plus approfondi.

Ma plus grande source d’inspiration? Le quotidien, imaginé ou réel. Je peux me nourrir d’une conversation, vécue ou entendue aussi bien qu’imaginer une partie de la conversation, celle qui aurait pu avoir lieu si…

Je n’en dévoile pas plus, maintenant. Il faudra que je m’y remette. Un travail presque plus long que celui qui a été fait m’attend!

Et vous,votre point de départ, c’est…?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s