Le consentement – Vanessa Springora

Editions Grasset – 02/01/2020-216 pages

Un peu avant sa sortie et même beaucoup après sa sortie, en janvier 2020, ce livre a beaucoup fait parlé de lui. Pour ceux qui n’auraient pas suivi l’actualité littéraire, voici la présentation de l’éditeur:

« Au milieu des années 80, élevée par une mère divorcée, V. comble par la lecture le vide laissé par un père aux abonnés absents. À treize ans, dans un dîner, elle rencontre G., un écrivain dont elle ignore la réputation sulfureuse. Dès le premier regard, elle est happée par le charisme de cet homme de cinquante ans aux faux airs de bonze, par ses œillades énamourées et l’attention qu’il lui porte. Plus tard, elle reçoit une lettre où il lui déclare son besoin « impérieux » de la revoir. Omniprésent, passionné, G. parvient à la rassurer : il l’aime et ne lui fera aucun mal. Alors qu’elle vient d’avoir quatorze ans, V. s’offre à lui corps et âme. Les menaces de la brigade des mineurs renforcent cette idylle dangereusement romanesque. Mais la désillusion est terrible quand V. comprend que G. collectionne depuis toujours les amours avec des adolescentes, et pratique le tourisme sexuel dans des pays où les mineurs sont vulnérables. Derrière les apparences flatteuses de l’homme de lettres, se cache un prédateur, couvert par une partie du milieu littéraire. V. tente de s’arracher à l’emprise qu’il exerce sur elle, tandis qu’il s’apprête à raconter leur histoire dans un roman. Après leur rupture, le calvaire continue, car l’écrivain ne cesse de réactiver la souffrance de V. à coup de publications et de harcèlement.
« Depuis tant d’années, mes rêves sont peuplés de meurtres et de vengeance. Jusqu’au jour où la solution se présente enfin, là, sous mes yeux, comme une évidence : prendre le chasseur à son propre piège, l’enfermer dans un livre », écrit-elle en préambule de ce récit libérateur.

Plus de trente ans après les faits, Vanessa Springora livre ce texte fulgurant, d’une sidérante lucidité, écrit dans une langue remarquable. Elle y dépeint un processus de manipulation psychique implacable et l’ambiguïté effrayante dans laquelle est placée la victime consentante, amoureuse. Mais au-delà de son histoire individuelle, elle questionne aussi les dérives d’une époque, et la complaisance d’un milieu aveuglé par le talent et la célébrité. »

Pour ceux qui n’ont pas suivi l’actualité people, voici trois mots qui vous éclaireront: l’affaire Gabriel Matzneff.

On -les médias- a dit beaucoup au sujet de l’affaire. Au sujet du livre aussi. Et de l’écrivaine. Et de l’écrivain dont il est question.

J’ai hésité avant de lire ce livre: aucune envie d’entrer dans le voyeurisme. Le people. Et la curiosité l’a emporté. Lire ce livre aujourd’hui, après avoir eu connaissance de tout le battage médiatique ayant eu lieu dessus n’a plus la même portée. Je ne peux bien sûr que déplorer que la société des années 1980 n’ait pas su protéger mieux ses enfants. Mais ce serait réducteur de ce qu’est le roman et de ce qu’était la société à l’époque.

Ce que je retiendrai de ce roman, c’est avant tout le cheminement parcouru par Vanessa. Chacun des mots est choisi, pesé, en fonction des expériences vécues. La prise de recul est énorme, il lui a fallu du temps pour se détacher de son vécu pour le retranscrire ainsi.

Ce que je retiendrai aussi, bien évidemment, c’est cette notion de transmission de son histoire en tant que geste libératoire pour elle mais aussi geste de prévention pour toutes les autres adolescentes. Celles qui un jour pourraient tomber sur un tel homme. Souhaitons comme elle que de telles choses ne se reproduisent pas, que les adolescentes puissent en être informées, que des adultes puissent les protéger au nom des lois existantes. Répétons aux jeunes que le consentement n’est pas une chose à prendre à la légère.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s