Bilan de lecture (Juillet 2020)

J’avais abandonné mes bilans de lecture mais juillet ayant été un mois actif, je m’y remets volontiers…

Nombre de livres lus: 21 livres lus: 6 bandes dessinées et 15 romans dont 1 roman de littérature jeunesse.

Livre préféré du mois: La vie mensongère des adultes d’Elena Ferrante

J’ai été ravie de retrouver Elena Ferrante , la ville de Naples telle qu’elle la décrit si bien dans ses romans et aussi de la découverte de ses personnages féminins, toujours en proie à des interrogations quant au milieu social d’où ils viennent!

Déception du mois: Klaw de Antoine Ozanam et Joel Jurion)

J’ai apprécié globalement ce que j’ai lu ce mois-ci, aussi la déception du mois est plutôt un choix par défaut.

Throwback Thursday Livresque #5 – Coup de coeur

Le Throwback Thursday Livresque est un rendez-vous hebdomadaire qui sévit depuis quelques années sur la blogosphère. Le principe ? Chaque jeudi, un thème donné est l’occasion de revenir sur une lecture passée – en accord avec le dit-sujet, bien sûr. Le récap’ des liens se fait sur le blog MyBooks.

J’ai longuement réfléchi à la thématique de la semaine car des coups de coeur, j’en ai eu de nombreux…Avec un peu de honte aujourd’hui parce que c’est très désuet, je choisis de vous présenter un livre que j’ai lu vers mes 13 ans: L’esprit de famille de Janine Boissard. Aujourd’hui, je pense que son lectorat est plutôt âgé. A l’époque, je l’ignorais et j’ignorais aussi qu’il existait un film. Je découvrais fascinée la vie de 4 jeunes filles, 4 soeurs dont le père était médecin et la mère au foyer. Et la chaleur de la Marette, leur maison. Peut-être qu’aujourd’hui, en relisant, je trouverais à ce roman un côté too much, trop miel-sucre-une-crêpe-maman-merci…Mais j’ai eu envie de le présenter comme un coup de coeur de jeunesse (il y en a d’autres, plus durables) parce que je pense avoir peu d’occasions de le présenter autrement.

(Précision: image prise sur le site Babelio)

Throwback Thursday livresque #4: Un livre que vous allez relire prochainement

Je choisis Le Grand Meaulnes d’Alain-Fournier, classique de chez classique, mais qui ne fait pas partie des livres que je relis souvent alors c’est l’occasion!

Résumé de l’éditeur (Livre de Poche)

À la fin du xixe siècle, par un froid dimanche de novembre, un garçon de quinze ans, François Seurel, qui habite auprès de ses parents instituteurs une longue maison rouge –l’école du village–, attend la venue d’Augustin que sa mère a décidé de mettre ici en pension pour qu’il suive le cours supérieur: l’arrivée du grand Meaulnes à Sainte-Agathe va bouleverser l’enfance finissante de François…
Lorsqu’en 1913 paraît le roman d’AlainFournier, bien des thèmes qu’il met en scène –saltimbanques, fêtes enfantines, domaines mystérieux– appartiennent à la littérature passée, et le lecteur songe à Nerval et à Sylvie. Mais en dépassant le réalisme du xixe siècle pour s’établir, entre aventure et nostalgie, aux frontières du merveilleux, il ouvre à un monde d’une sensibilité toujours frémissante, et qui n’a pas vieilli.

Throwback Thursday Livresque #3: Le livre dont vous avez tout oublié

Le Throwback Thursday Livresque est un rendez-vous hebdomadaire qui sévit depuis quelques années sur la blogosphère. Le principe ? Chaque jeudi, un thème donné est l’occasion de revenir sur une lecture passée – en accord avec le dit-sujet, bien sûr. Le récap’ des liens se fait sur le blog MyBooks.

Difficile choix que celui-ci. J’ai regardé les livres de ma bibliothèque, les livres de ma jeunesse, le début de ma vie d’adulte pour la plupart (j’achète peu de livres, j’emprunte à la médiathèque, je lis des livres numériques).

Je choisis Madame Bâ d’Eric Orsenna.

Voici la présentation de l’éditeur:

« Pour retrouver son petit-fils préféré qui a disparu en France, avalé par l’ogre du football, Madame Bâ Marguerite, née en 1947 au Mali, sur les bords du fleuve Sénégal, présente une demande de visa. Une à une, elle répond scrupuleusement à toutes les questions posées par le formulaire officiel 13-0021. Et elle raconte alors l’enfance émerveillée au bord du fleuve, l’amour que lui portait son père, l’apprentissage au contact des oiseaux…, sa passion somptueuse et douloureuse pour son trop beau mari peul, ses huit enfants et cette étrange « maladie de la boussole » qui les frappe…
Sans fard ni complaisance, c’est l’Afrique d’aujourd’hui qui apparaît au fil des pages, l’Afrique et ses violences, ses rêves cassés, ses mafias, mais aussi ses richesses éternelles de solidarité et ce formidable tissage entre les êtres.
Quinze ans après L’Exposition coloniale, Erik Orsenna explore à nouveau les relations de la France avec son ancien empire. Mais cette fois, c’est le Sud qui nous regarde. »

J’en avais vraiment tout oublié (eh oui, cela arrive!) mais relire la présentation m’a donné envie de le relire. J’aime beaucoup le style d’Eric Orsenna, il aime la langue française et manipuler les mots, il a d’ailleurs écrit La grammaire est une chanson douce dont je relis des extraits avec plaisir.

Throwback Thursday livresque #2: Une couverture qui vous déplaît

Le Throwback Thursday Livresque est un rendez-vous hebdomadaire qui sévit depuis quelques années sur la blogosphère. Le principe ? Chaque jeudi, un thème donné est l’occasion de revenir sur une lecture passée – en accord avec le dit-sujet, bien sûr. Le récap’ des liens se fait sur le blog MyBooks.

J’ai choisi de vous présenter le roman Les amants du Tage de Joseph Kessel. La couverture qui me déplaît est celle ci-dessous:

Les amateurs et amatrices de choses hideuses seront déçus, je pense. J’admets que cette couverture n’est pas laide, elle me déplaît c’est tout. Je la trouve trop sobre, trop: « Me lisez pas » alors que si justement, on lit l’histoire, on en arrive à une belle histoire d’amour. Je ne dis pas heureuse, je dis passionnelle. Un amour sous fond de culpabilité car les amants, Antoine et Kathleen, ont tous deux tué leur conjoint. Antoine parce qu’il a surpris sa femme dans les bras d’un autre. Kathleen a poussé son mari du haut d’une falaise mais ne dit pas grand-chose à Antoine. Celui-ci va finir par côtoyer l’inspecteur Lewis sur les traces de Kathleen pour en savoir plus sur le défunt…

J’aurais aimé cette couverture un peu plus joyeuse, un peu plus colorée. Ou alors carrément plus austère, un homme tombant d’une falaise, Kathleen regardant au loin.

Mais j’aime bien Kessel et vous conseille d’autres romans: Le Lion est un indémodable (au sens où on le lit souvent dans sa scolarité), il y a aussi le moins connu La passante du Sans-souci.

Le prochain thème est « Un livre dont vous avez tout oublié ».

Contes et nouvelles – Léon Tolstoï

Léon Tolstoï est un écrivain russe né au 19ème siècle célèbre pour ses romans comme Guerre et Paix et ses nouvelles qui dépeignent la vie quotidienne du peuple russe à l’époque des tsars.

En découvrant la liste du Reading classics challenge de ce mois-ci, je me suis demandé : suis-je prête pour Anna Karėnine (j’ai vu le film il y a des années) ou Guerre et Paix? Puis j’ai trouvé les contes et je me suis dit: pourquoi pas ? J’ai déjà lu Beloved de Toni Morrison, j’avais envie de neuf.

Ce que je peux en dire d’autre?Foncez! Le recueil est truculent, Tolstoï fait preuve de beaucoup d’humour à travers des histoires courtes et faciles à lire. J’ai beaucoup aimé l’histoire « Le filleul », un conte qui va de rebondissements en rebondissements jusqu’à la morale pas tout à fait comme nous aurions pu le penser.

Throwback Thursday livresque # 1: L’un de vos premiers livres

Le Throwback Thursday qui a été créé par Bettierose books a pour but de remettre en lumière des romans de notre bibliothèque en répondant à un thème chaque jeudi. Le challenge est de ne pas réutiliser trop souvent les mêmes livres. Il est a présent repris sur le blog de My-Bo0ks. Merci à Mahault du blog https://lesmotsdemahault.blog/ de m’avoir fait découvrir ce défi!

Thème du jour : L’un de vos premiers livres

Je me souvenais de certains J’aime Lire ou du Journal de Mickey et de livres de la Bibliothèque rose…Et un jour, accompagnée de mes enfants, dans une salle d’attente, je l’ai vu: oui, c’était bien un des livres de mon enfance… J’ai nommé: Mademoiselle Tout-à-l’Envers de Philippe Corentin, paru pour la première fois en 1988 aux éditions de l’Ecole des Loisirs.

Voici la présentation de l’éditeur:

« Qui est-elle cette cousine d’Amérique qui arrive dans la famille de Trotinette et Totoche, les souris ? Elle est bizarre la cousine. Elle n’est pas chauve mais elle a un drôle de museau chiffonné, de grandes oreilles d’âne et deux horribles ailes ! »

Je me souviens que j’avais partagé l’étonnement des souris, en trouvant que leur cousine était bien bizarre. Pour le reste, j’avoue avoir tout oublié. L’avoir feuilleté adulte me fait dire qu’il s’agit d’une jolie histoire pour enfants et que les illustrations sont attrayantes.

Bilan de lecture (Février 2020)

Je ne suis pas très satisfaite de mon rythme de lecture de ces derniers temps: je n’ai lu qu’un livre cette semaine. En revanche, je me rends compte que je suis encore remplie de mes lectures du début du mois.

J’ai donc lu 21 romans, 2 romans graphiques et un livre documentaire de développement personnel.

Livre préféré du mois: Là où chantent les écrevisses de Délia Owens. C’est la lecture qui m’a le plus dépaysée, je me serai crue dans les marais nord-américains, en Caroline du Nord.

Déception du mois: Nous étions nés pour être heureux de Lionel Duroy. Pour le côté trop:  » je vais manger le dimanche dans ma famille et je lave mon linge sale en famille », un côté familier qui ne m’a pas charmé.

Le petit bonheur hebdomadaire #16

Le petit bonheur hebdomadaire est un rendez-vous initié par Gaëlle, du blog Pause Earl Grey.
Le but de ce rendez-vous est de parler de son petit bonheur de la semaine.

J’avoue que jusqu’à ce jour, j’ai bien failli répondre: rien. A cause essentiellement de la semaine de travail angoissante et de cette boule au ventre qui ne me quitte pas.

Et puis, j’ai trouvé: mon bonheur, cette semaine, est ce moment passé en famille, tranquille dans le canapé, en train de regarder le joli film d’animation Terra Willy, Planète Inconnue. De belles images colorées, des personnages sympathiques, une histoire plaisante: il n’en faut pas plus pour émerveiller petits et grands!

Le petit bonheur hebdomadaire #15

Le petit bonheur hebdomadaire est un rendez-vous initié par Gaëlle, du blog PauseEarlGrey, le principe consistant à « nous trouver une fois par semaine pour prendre un peu de recul et nous dire le petit bonheur que vous avez saisi durant ces sept jours. »

Mon petit bonheur hebdomadaire est créatif, avant tout. J’éprouve du plaisir à écrire ce roman que j’ai commencé, il est encore bien imparfait mais j’espère arriver à le terminer (pas tout de suite!).

Pour évoquer la vie familiale, je dirais que je suis plutôt satisfaite du rapport que mes enfants ont avec les livres et la culture. Ils vont volontiers voir un spectacle (adapté cette fois des contes d’Andersen) et en plus, mon fils lit ensuite le conte. Puis le lit à sa soeur.

La charrette bleue – René Barjavel -#Reading Challenge Classics 2020

René Barjavel, né en 1911 à Nyons, raconte dans ce roman autobiographique son enfance dans la boulangerie de ses parents jusqu’à son entrée au collège à Cusset. son père, de retour de la Grande Guerre, fait de nouveau « le meilleur pain du monde ». La mère est là, elle aide à la boutique. Elle est la mère protectrice pour René avant de tomber malade et de mourir à 41 ans.

L’auteur évoque aussi ses grands-parents paysans et la vie dans ce village de la Drôme provençale, au temps où l’outil et la main de l’homme priment. Ainsi, il n’est pas rare que la fabrication d’une charrette soit une « attraction » pour les enfants, regroupés autour de l’artisan maître d’oeuvre.

A lire parce que c’est plein de tendresse!

Et j’invite ceux/celles qui le souhaitent à participer au Reading Classics Challenge 2020!

Le petit bonheur hebdomadaire #14

Je rappelle le principe car je ne le fais pas toujours: il s’agit de sélectionner son bonheur de la semaine et ce concept a été initié par Gaëlle du blog PauseEarlGrey.

Mon petit bonheur, cette semaine, c’est bien sûr, Saint-Valentin oblige, la surprise de l’Amoureux.

Vacances, vacances, c’est aussi le temps passé avec les enfants à inventer des petits jeux: Motus avec une feuille et un stylo, vous connaissez? On a joué aussi à des jeux de société. Et mon fils a fait un dessin trop cool que je ne vais pas montrer ici (parce que droits d’auteur: la maman dépose un copyright: « c’est le dessin de Fiston Chéri ») mais en voici le contenu: il a fait une maison, sa famille, ses grands-parents, a écrit « Bon anniversaire, Mamie » ainsi que « Pichatchou, Bakugan ». A la question « Pourquoi? », il a répondu: « Ben, j’aime bien Mamie et j’aime bien Pikachu et Bakugan ». Mon fils, mon héros!

TAG – La Saint Valentin

Puisque lejour s’y prête, je suis Muffinsandbooks et je réponds au tag qu’elle a créé sur la Saint Valentin. Pour voir ses réponses, c’est par ici!

  • Le cadeau idéal pour la Saint Valentin : le livre que vous voulez en ce moment

Mon choix se porterait sur une bande dessinée sortie récemment: soit Mary Jane soit Vie(s) de Sarah Bernhardt, Divineundefined

  • la jolie peluche d’amour (toujours pour la Saint-Valentin) : un livre que vous trouvez trop beau.

Le bar du vieux français (Jean-Philippe Stassen/Denis Lapière). Ce n’est pas récent mais la couverture me plaît. J’ai l’impression que cette bande dessinée veut m’emmener ailleurs…

  • La boite de chocolat offerte à la Saint Valentin : le livre que vous n’attendiez pas mais que vous avez aimé.

Je lis peu de mangas alors je dirais Le tigre des neiges. J’ai beaucoup aimé découvrir l’histoire du Japon du XVIème siècle.

  • toi et moi, à jamais : ce livre ou cette saga que vous aimez plus que tout.

Si je devais choisir une saga, je dirais « L’amie prodigieuse » d’Elene Ferrante.

  • la soirée de couple idéal : le livre que vous ferez lire à votre moitié.

Pour mon conjoint, il faut de l’action…Je dirais L’homme aux cercles bleus de Fred Vargas pour qu’il fasse connaissance avec le commissaire Adamsberg.

  • Tu es mon idéal masculin … mais j’ai quand même des bookboyfriends.

– Harry Potter, Sherlock Holmes, Ulysse (chacun dans leur genre, bien sûr!).

  • On forme un beau couple hein ? : tes ships préférés.

– Colin et Chloé – L’écume des jours ( Boris Vian)

– Elea et Paikan- La nuit des temps (René Barjavel)

-Edward et Bella – Twilight (Stėphanie Meyer)

-Tristan et Yseult (oui, j’ose)

–Tara Duncan et Cal – Tara Duncan (Sophie Audouin-Mamikonian)

– Marius et Cosette – Les Misérables (Victor Hugo)

après tout, on a pas besoin d’être en couple pour être heureux : un héro ou une héroïne seul et c’est très bien comme ça!

-Sherlock Holmes parce qu’il nous emmène toujours dans des enquêtes invraisemblables

-Adamsberg

-Matilda, petite fille surdouée

-Jane Eyre

undefined

  • euh, ça c’est un motif de rupture : ce que ton copain / ta copine ne devra jamais, ô grand jamais faire. 

-jeter mes livres, corner les pages, les abīmer

  • la saint-valentin ou la fête du rose : une couverture rose
  • Rose de Tatiana de Rosnay

undefined

Tag: Si je m’écoutais

J’ai trouvé ce tag sur le blog de Ma Lecturothèque qui mentionne sa créatrice: Muffins and Books.

N’hésitez pas à aller voir leurs réponses parici ou ici

1/ Si je m’écoutais… quel livre j’achèterais immédiatement ?

Le livre « Hokusai » en pop-up (parce que cela me rappelle une exposition). Et parce que les illustrations sont jolies.

undefined
Vu sur le site http://www.librairielephenix.fr

2/ Si je m’écoutais… que livre je lirais immédiatement ?

Là, tout de suite, je lirais un livre qui parle de sentiment positif, c’est-à-dire d’amour et précisément: Toutes les histoires du monde de Baptiste de Beaulieu. Parce qu’à l’approche de la Saint-Valentin, cette histoire n’a pourtant pas l’air si « cui-cui les petits oiseaux ».

En livre de Poche et Chez Fayard

3/ Si je m’écoutais… quel livre je relirais alors que je l’ai lu il n’y a pas si longtemps ?

Je relirais la quadrilogie L’arabe du futur de Riad Sattouf parce que j’ai lu les 4 tomes à leur parution et j’aimerais les relire à la suite, d’une traite.

4/ Si je m’écoutais… quel livre je jetterais au feu ?
Aucun, en fait. Mais peut-on appeler livre les livres de type « Collection Harlequin »?

5/ Si je m’écoutais… quel livre je relirais encore et encore ?

Le Bonheur des dames de Zola. Parce que les pages de description des grands magasins me laissent à chaque fois « baba d’admiration. »

6/ Si je m’écoutais… quel livre je forcerais les gens à lire ?

Tous les livres de la collection « Le guide des parents imparfaits »: ceux qui n’ont pas d’enfant comprendraient peut-être mieux qu’il n’est pas si simple d’être parent et ceux qui en ont…comprendraient que ces guides permettent de relâcher la pression, parfois avec humour.

7/ Si je m’écoutais… quel livre j’admirerais pendant des heures ?

Alice au pays des Merveilles par Benjamin Lacombe, pour les belles illustrations et la belle couverture.

8/ Si je m’écoutais … pour quel goodie littéraire je craquerais, là, tout de suite?

Je ne suis pas très branchée « goodies ». J’ai cherché des marque-pages et peut-être que ceux-là sont pas mal, avec des citations.

9/ Si je m’écoutais … quel livre j’achèterais en plusieurs éditions ?

L’exposition « Tolkien, voyage en Terre du milieu » à la BNF ayant fait des émules, j’achèterais bien plusieurs éditions du Seigneur des anneaux, y compris en édition jeunesse, pour comparer les versions.

Editions Pocket – 2017

10/ Si je m’écoutais … qu’est-ce que je ne ferais plus pour gagner du temps de lecture ?

Travailler (il y a des jours où j’aimerais vraiment…).

J’arrêterais de me coucher tôt ou plutôt je ferais en sorte d’être moins fatiguée nerveusement dans la journée pour être plus en forme le soir.

J’arrêterais de préférer lire seule aussi et dans le RER, je pousserais les gens pour pouvoir avoir une place assise et lire tranquillement (je n’oserais réellement jamais).

N’hésitez pas à faire ce tag à votre tour!

Tag: je lis donc je suis

J’ai trouvé ce tag sur le blog de Light and smell et je me suis moi-même essayé à l’exercice, pas simple, il faut bien le dire. Je vous invite à lire ses réponses en cliquantici.

LE PRINCIPE EST SIMPLE: Répondre aux questions posées en donnant le titre d’un livre lu dans l’année écoulée

Décris-toi: Fugitive parce que reine

Comment te sens tu? (D’) Une joie féroce

Décris où tu vis actuellement…Crans-Montana

Si tu pouvais aller où tu veux, où irais tu ? Vue sur mer (voir la mer)

Ton moyen de transport préféré ? En camping-car

Ton/ta meilleur(e) ami(e) est… Coraline

Comment est le temps ? Le ciel par dessus le toit / Le ciel (est) par dessus le toit

Quel est ton moment préféré de la journée? Juste avant l'Oubli

Qu’est la vie pour toi ? L'insouciance

Ta peur ? Quand sort la recluse / La recluse

Quel est le conseil que tu as à donner ? Changer l'eau des fleurs

La pensée du jour…Nous étions faits pour être heureux

Comment aimerais tu mourir ? Avec toutes mes sympathies...

Ton rêve ? Nous rêvions juste de liberté (Un peu de liberté…)

Le petit bonheur hebdomadaire #13

Plusieurs petits bonheurs, cette semaine!

  • voir de beaux manuscrits et en connaître l’histoire et leur parcours qu fil des ans (comment ils sont arrivés à telle bibliothèque). Tous les amateurs de livre en tant qu’objet comprendront.
  • être en vacances un jour plus tôt (c’est-à-dire aujourd’hui), même si à la rentrée, je rattraperai ma journée
  • aller à la librairie avec les enfants et leur faire plaisir par de menus cadeaux , non des livres (je les achète sans eux) mais des cartes et des livres de jeux.

Bilan de lecture (Janvier 2020)

Comme je pouvais m’y attendre, le bilan n’est pas terrible. Trop submergée par divers problèmes, je n’ai pas eu l’esprit suffisamment léger pour lire et pas non plus les conditions (surtout du silence).

J’ai donc lu divers genres: romans, BD et mangas.

Nombre de livres lus: 14. 4 mangas, 2BD et 8 romans dont un roman pour le « Reading classics challenge »

Livre préféré du mois: La perle et la coquille de Nadia Hashimi. Pour la dénonciation des violences entre les femmes afghanes, la description détaillée d’une société marquée par le poids des coutumes. Et aussi la lueur d’espoir pour les femmes.

Déception: La grand-mère de Jade de Frédérique Deghelt. Non pas pour sa qualité littéraire mais parce qu’il est le livre qui a le moins retenu mon attention ce mois-ci.

Naïs – Marcel Pagnol – #Reading Challenge Classics 2020

Naïs est un film réalisé en 1945 par Raymond Leboursier et Marcel Pagnol,avec pour acteurs principaux Fernandel et Jacqueline Bouvier, future Mme Pagnol.

C’est une adaptation d’une nouvelle de Zola, Naïs Micoulin. Les éditions de Fallois ont publié la version de Pagnol et c’est ce livre que j’ai déniché à la bibliothèque et lu.

Naïs est une jeune fille de condition modeste: orpheline de mère, son père, le père Micoulin, est métayer dans une ferme. Les propriétaires, les Rostaing, viennent d’Aix en Provence, avec leur fils, Frédéric, beau garçon satisfait de sa condition bourgeoise.

Toine est un être bossu qui travaille à la ferme des Rostaing. Il est amoureux de Naïs. Celle-ci s’éprend de Frédéric et le retrouve en secret: le père Micoulin est sévère et maltraitant envers elle, il verrait cet amour d’un mauvais oeil. Quand il comprend, en effet, il ne souhaite qu’une chose: tuer Frédéric. C’est sans compter Toine, qui se fait complice des jeunes gens en dépit de son amour pour Naïs. Le stratagème de Micoulin va donc se retourner contre lui. Naïs partira à la fin du roman avec les Rostaing.

[Dans la version de Zola, la fin est moins heureuse: Naïs comprend que ses amours avec Frédéric ne dureront pas et peu après la mort du père Micoulin, épouse Toine par dépit, Frédéric étant assez indifférent à la nouvelle.]

J’ai trouvé la version de Pagnol très vivante, très rythmée. Il n’y a qu’à lire le premier chapitre pour s’en rendre compte: les répliques de Toine sur sa bosse et sa condition de bossu campent un personnage attachant et réaliste.

« Il y a des enfants bien tristes, Henri, et qui font semblant de rire tout le temps, parce qu’ils ont tout le temps envie de pleurer…Et j’ai entendu dire: »Il rit comme un bossu. »Si on leur racontait Lauzun, les petits bossus riraient moins souvent parce qu’ils n’en auraient plus besoin ».

Cet ouvrage est empreint de poésie, les dialogues sont de toute beauté, les personnages font à la fois preuve de candeur et de lucidité, le tout donne un ton humoristique désarmant. On pense aussitôt à La fille du puisatier dans la même veine, on se revoit visionnant les films…(je n’ai pas vu les films en noir et blanc, je parle des films de Pagnol, en général). Marcel Pagnol n’avait pas son pareil pour écrire les dialogues que l’on imagine prononcés avec l’accent chantant…

A lire pour se plonger dans un univers provençal dans lequel un petit bossu a décidé de donner de l’amour et de sauver l’amour aussi…

Reading Classics Challenge 2020

Depuis le début du mois, je vois passer des billets sur divers blogs en relation avec le Reading Classics Challenge. C’est la troisième édition de ce défi mis en place par l’auteur du blog Lillyandbooks.

Le principe est le suivant: lire un ouvrage classique par mois. Classique s’entend au sens de « considéré comme un classique » ou datant d’avant la seconde moitié du XIXe siècle. Certaines personnes sur les blogs choisissent librement 12 classiques. Sur le blog Lillyandbooks, il est indiqué une liste d’auteurs pour favoriser les lectures communes,les partages. J’ai consulté la liste (cela fait quelque temps que j’essaie d’établir une liste, j’ai déjà lu pas mal de classiques) et je tente l’aventure: je ne connais pas certains auteurs et je suis sûre qu’il me reste des oeuvres de Pagnol à lire!

Voici ma liste

  1. Pagnol/ Pearl Buck: j’ai lu les classiques de Pagnol, je choisis donc Pearl Buck avec Vent d’est, vent d’ouest. [Finalement j’ai choisi Naïs de Pagnol, je lirai Pearl Buck plus tard.]
  2. Barjavel / Daphné du Maurier: j’ai du mal avec Daphné du Maurier, ce sera Barjavel.
  3. Selma Lagerlof: ce sera Vanina vanini de Stendhal
  4. Tolstoi/ Toni Morisson: ce sera Sula
  5. Louis Aragon/ Elsa Triolet: le choix est difficile, ce sera Aurélien de Louis Aragon
  6. Gabriel Garcia Marques/Nathalie Sarraute: Vivre pour la raconter
  7. Thomas Hardy/Mme de Villeneuve : Jude l’Obscur (ebook gratuit)
  8. Léopold Sėdar Senghor/Emily Dickinson: Poèmes
  9. Joseph Kessel/ Andrėe Chedid: Le message
  10. Kafka/ Madeleine Saint John: Parce que je connais bien la métamorphose, ce sera Le Procès
  11. Walter Scott/ Grazia Deledda: Les pirates de Walter Scott
  12. Jorge Luis Borges /Doris Lessing : Les enfants de la violence de Doris Lessing

Et maintenant, comme pour beaucoup d’entre vous, je pense, j’ai envie de lire!

undefined