Contes et nouvelles – Léon Tolstoï

Léon Tolstoï est un écrivain russe né au 19ème siècle célèbre pour ses romans comme Guerre et Paix et ses nouvelles qui dépeignent la vie quotidienne du peuple russe à l’époque des tsars.

En découvrant la liste du Reading classics challenge de ce mois-ci, je me suis demandé : suis-je prête pour Anna Karėnine (j’ai vu le film il y a des années) ou Guerre et Paix? Puis j’ai trouvé les contes et je me suis dit: pourquoi pas ? J’ai déjà lu Beloved de Toni Morrison, j’avais envie de neuf.

Ce que je peux en dire d’autre?Foncez! Le recueil est truculent, Tolstoï fait preuve de beaucoup d’humour à travers des histoires courtes et faciles à lire. J’ai beaucoup aimé l’histoire « Le filleul », un conte qui va de rebondissements en rebondissements jusqu’à la morale pas tout à fait comme nous aurions pu le penser.

La charrette bleue – René Barjavel -#Reading Challenge Classics 2020

René Barjavel, né en 1911 à Nyons, raconte dans ce roman autobiographique son enfance dans la boulangerie de ses parents jusqu’à son entrée au collège à Cusset. son père, de retour de la Grande Guerre, fait de nouveau « le meilleur pain du monde ». La mère est là, elle aide à la boutique. Elle est la mère protectrice pour René avant de tomber malade et de mourir à 41 ans.

L’auteur évoque aussi ses grands-parents paysans et la vie dans ce village de la Drôme provençale, au temps où l’outil et la main de l’homme priment. Ainsi, il n’est pas rare que la fabrication d’une charrette soit une « attraction » pour les enfants, regroupés autour de l’artisan maître d’oeuvre.

A lire parce que c’est plein de tendresse!

Et j’invite ceux/celles qui le souhaitent à participer au Reading Classics Challenge 2020!

Naïs – Marcel Pagnol – #Reading Challenge Classics 2020

Naïs est un film réalisé en 1945 par Raymond Leboursier et Marcel Pagnol,avec pour acteurs principaux Fernandel et Jacqueline Bouvier, future Mme Pagnol.

C’est une adaptation d’une nouvelle de Zola, Naïs Micoulin. Les éditions de Fallois ont publié la version de Pagnol et c’est ce livre que j’ai déniché à la bibliothèque et lu.

Naïs est une jeune fille de condition modeste: orpheline de mère, son père, le père Micoulin, est métayer dans une ferme. Les propriétaires, les Rostaing, viennent d’Aix en Provence, avec leur fils, Frédéric, beau garçon satisfait de sa condition bourgeoise.

Toine est un être bossu qui travaille à la ferme des Rostaing. Il est amoureux de Naïs. Celle-ci s’éprend de Frédéric et le retrouve en secret: le père Micoulin est sévère et maltraitant envers elle, il verrait cet amour d’un mauvais oeil. Quand il comprend, en effet, il ne souhaite qu’une chose: tuer Frédéric. C’est sans compter Toine, qui se fait complice des jeunes gens en dépit de son amour pour Naïs. Le stratagème de Micoulin va donc se retourner contre lui. Naïs partira à la fin du roman avec les Rostaing.

[Dans la version de Zola, la fin est moins heureuse: Naïs comprend que ses amours avec Frédéric ne dureront pas et peu après la mort du père Micoulin, épouse Toine par dépit, Frédéric étant assez indifférent à la nouvelle.]

J’ai trouvé la version de Pagnol très vivante, très rythmée. Il n’y a qu’à lire le premier chapitre pour s’en rendre compte: les répliques de Toine sur sa bosse et sa condition de bossu campent un personnage attachant et réaliste.

« Il y a des enfants bien tristes, Henri, et qui font semblant de rire tout le temps, parce qu’ils ont tout le temps envie de pleurer…Et j’ai entendu dire: »Il rit comme un bossu. »Si on leur racontait Lauzun, les petits bossus riraient moins souvent parce qu’ils n’en auraient plus besoin ».

Cet ouvrage est empreint de poésie, les dialogues sont de toute beauté, les personnages font à la fois preuve de candeur et de lucidité, le tout donne un ton humoristique désarmant. On pense aussitôt à La fille du puisatier dans la même veine, on se revoit visionnant les films…(je n’ai pas vu les films en noir et blanc, je parle des films de Pagnol, en général). Marcel Pagnol n’avait pas son pareil pour écrire les dialogues que l’on imagine prononcés avec l’accent chantant…

A lire pour se plonger dans un univers provençal dans lequel un petit bossu a décidé de donner de l’amour et de sauver l’amour aussi…

Reading Classics Challenge 2020

Depuis le début du mois, je vois passer des billets sur divers blogs en relation avec le Reading Classics Challenge. C’est la troisième édition de ce défi mis en place par l’auteur du blog Lillyandbooks.

Le principe est le suivant: lire un ouvrage classique par mois. Classique s’entend au sens de « considéré comme un classique » ou datant d’avant la seconde moitié du XIXe siècle. Certaines personnes sur les blogs choisissent librement 12 classiques. Sur le blog Lillyandbooks, il est indiqué une liste d’auteurs pour favoriser les lectures communes,les partages. J’ai consulté la liste (cela fait quelque temps que j’essaie d’établir une liste, j’ai déjà lu pas mal de classiques) et je tente l’aventure: je ne connais pas certains auteurs et je suis sûre qu’il me reste des oeuvres de Pagnol à lire!

Voici ma liste

  1. Pagnol/ Pearl Buck: j’ai lu les classiques de Pagnol, je choisis donc Pearl Buck avec Vent d’est, vent d’ouest. [Finalement j’ai choisi Naïs de Pagnol, je lirai Pearl Buck plus tard.]
  2. Barjavel / Daphné du Maurier: j’ai du mal avec Daphné du Maurier, ce sera Barjavel.
  3. Selma Lagerlof: ce sera Vanina vanini de Stendhal
  4. Tolstoi/ Toni Morisson: ce sera Sula
  5. Louis Aragon/ Elsa Triolet: le choix est difficile, ce sera Aurélien de Louis Aragon
  6. Gabriel Garcia Marques/Nathalie Sarraute: Vivre pour la raconter
  7. Thomas Hardy/Mme de Villeneuve : Jude l’Obscur (ebook gratuit)
  8. Léopold Sėdar Senghor/Emily Dickinson: Poèmes
  9. Joseph Kessel/ Andrėe Chedid: Le message
  10. Kafka/ Madeleine Saint John: Parce que je connais bien la métamorphose, ce sera Le Procès
  11. Walter Scott/ Grazia Deledda: Les pirates de Walter Scott
  12. Jorge Luis Borges /Doris Lessing : Les enfants de la violence de Doris Lessing

Et maintenant, comme pour beaucoup d’entre vous, je pense, j’ai envie de lire!

undefined